LE CAFÉ MATINAL AVEC LE DUO DE CLUB PÉTANQUE AU SWIMMING LONDRESS

Charlie Caumon & Antoine Coucoureux

Club Pétanque

Derrière Club Pétanque se cachent Antoine & Charlie, un duo d’amis de longue date et originaires de Toulouse. Tous deux avaient comme envie commune de redorer le blason d’une culture liée à la pétanque : Une ligne de vêtements, des collaborations avec Duralex ou Obut… Club Pétanque ne manque pas d’idées et de ressources.
Nous nous sommes retrouvés au Swinging Londress, leur repère, à deux pas des locaux de WAD où ils ont leur bureau. Nous avons parlé de boules de pétanque, sans mauvais jeux de mots, d’héritage d’une culture française, d’amitié et de fraternité. Rencontre avec Antoine & Charlie : les deux qui font la paire.

club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal
Antoine Coucoureux & Charlie Caumon et Lia Rochas-Pàris au Swinging Londress / Photographies de Shehan Hanwellage

Lia : Vous vous connaissez depuis longtemps ?

Antoine : On vient tous les deux de Toulouse. Ça fait quinze ans qu’on se connait. À l’époque, quand on était au lycée, Charlie avait un groupe de Rock…

Charlie : Oui, la totale, j’avais des percings partout.

Lia : Aucune trace. Bien cachée sous la barbe.

Charlie : Et c’est Antoine qui faisait les designs…

Lia : Comment avez-vous démarré l’aventure Club Pétanque ?

Antoine : On avait prit des directions différentes durant nos études puis on s’est retrouvés à Paris il y a trois ans. Charlie suivait la mode depuis assez longtemps et moi c’était plus la publicité. On a voulu monter un projet ensemble : Club Pétanque est arrivé comme ça.

Lia : Motivés par une petite nostalgie du sud ?

Antoine : On ne va pas dire que c’est dans notre ADN, mais c’est vrai que depuis gamin, on allait sur des terrains de pétanque.

Charlie  : Oui, ça nous ressemble bien. On avait envie de représenter un aspect de la culture populaire française.

Antoine : On adore les marques qui ont une histoire comme Obut, Duralex, avec qui on a fait des collaborations. Avec Club Pétanque, on voulait présenter une vision moderne de cette culture-là.

Charlie  : D’un côté, il y avait tout cet univers très club avec tous nos amis de Toulouse qui sont à Paris et de l’autre cette envie commune de créer un projet autour de l’héritage français.

Lia : Vous êtes un peu comme des expatriés ! (rires) Club Pétanque, c’est plus qu’une marque finalement. C’est un concept autour d’une culture française.

Antoine : Complètement.

Lia : D’une certaine façon, vous redonnez un petit coup de neuf à cet héritage culturel ?

Antoine : On aime beaucoup cet héritage notamment à travers les marques, les publicités de l’époque comme Orangina ou Ricard par exemple.

Charlie  : On a lancé notre première collection en 2014. C’était très sportwear, très minimaliste. On a travaillé des basiques du vestiaire comme le t-shirt ou le sweat et dès le départ, Club Pétanque a connu un vrai engouement.

Antoine : Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au début, on travaillait tous les deux à côté. On a passé deux ans à travailler tous les soirs et les WE ensemble. En terme de développement, c’est fort et beau.

Charlie : Oui, ça nous a beaucoup rapprochés de travailler avec cette dynamique. C’était vraiment intense. Puis, on a été invités en été 2014 à exposer au Who’s next où on avait créé une sorte de guinguette. Le Who’s next a été très important pour nous. C’est là qu’on a trouvé notre distributeur au Japon. Depuis on a une vingtaine de points de vente au Japon, des parutions dans la presse japonaise comme Popeye Magazine et on a fait une collaboration avec Edifice, un grand magasin, où on avait lancé le Tokyo Club Pétanque. Puis, la Suisse et bien sûr la France.

Lia : Vous faites des évènements autour de la pétanque ?

Charlie  : On va s’y mettre. Une compétition de pétanque dans un club secret parisien aux beaux jours.

Lia : Oooooh trop bien ! Est-ce que vous êtes en contact avec des bars à pétanque sur Paris ?

Antoine : Oui, on s’entend très bien avec le Bar des Niçois avec qui on partage les mêmes valeurs autour de la pétanque et de la culture qui va avec.

Charlie  : C’était d’ailleurs le premier bar-club de pétanque à Paris.

Antoine : C’est vraiment dans l’ADN du Club des Niçois, ils viennent vraiment de là-bas.

Lia : Par contre, on ne manque pas de terrains de pétanque !

Charlie  : Oui, des terrains de clubs officiels et d’autres plus improvisés comme au Palais Royal, au jardin des Tuileries, canal de l’Ourc, canal Saint-Martin…

Antoine : L’été c’est assez dingue ; tout le monde joue à la pétanque. Il y a un vrai engouement et depuis deux ou trois ans.

Lia : C’est plus qu’un sport la pétanque. C’est un art de vivre ! Moi qui ne suis pas sportive, j’adore lancer des boules (même si je ne vise pas toujours juste).

Antoine : On est très pétanque, mais on va surtout s’intéresser à tout ce qu’il y a autour.

Charlie  : Avec Club Pétanque on voulait revisiter le sportswear et l’univers populaire français.

Lia : Vous faites tout fabriquer en France ?

Charlie  : On va faire fabriquer là où il y a un vrai savoir-faire. Par exemple, pour les t-shirts et les sweats, ce sera le Portugal ; pour les chaussettes et certaines pièces ce sera en France. On aime tisser des relations fortes avec nos partenaires.

Antoine : Les collaborations avec Duralex ou Obut ont été fabriquées en France avec les meilleurs artisans.

Charlie  : Obut est une boîte assez incroyable. On les a rencontrés. Ils fêtaient leurs 60 ans l’an dernier. Ils sont situés dans les hauteurs, pas loin de Saint-Étienne. C’est toujours une entreprise familiale avec une soixantaine d’employés dont certains y travaillent depuis une trentaine d’années. Un vrai savoir-faire. Club Pétanque, comme ce que disait Antoine, c’est vraiment lié à une culture française, à la convivialité.

Antoine : On a voulu réaliser les boules de pétanque avec le meilleur savoir-faire. Ça tombait sous le sens que ce soit avec Obut. Et elles portent chance !

Charlie  : Oui, les trois boules portent les gravures Obut/Club Pétanque et une des trois boules est marquée par la « chance ». Elle détient le pouvoir de la victoire.

Lia : Le facteur chance est non négligeable ! Et puis, même en déco, des boules de pétanque, c’est sympa.

Antoine : Oui, tu peux même en mettre une dans ta poche… (rires)

Lia : Le pouvoir des boules… Un peu comme les boules de santé chinoises.

Charlie  : Le pouvoir du Yin & Yang

Lia : Tout est une question d’équilibre. Globalement, vous avez une approche teintée d’humour.

Charlie  : Oui, c’est ce qui nous a fait connaître au début. Aujourd’hui, on tend davantage vers quelque chose de plus minimaliste, sobre.

Antoine : Pour faire ressortir le côté noble du sport.

Charlie  : On veut développer d’autres gammes, comme de la maison par exemple. La marque représente pour nous un univers : celui d’une culture française.

Lia : Ah oui ? Comment ça ?

Antoine : C’est un peu ce qu’on avait commencé avec Duralex. Club Pétanque se prête à ça.

Charlie  : Ou par exemple, un set à pique-nique. On ne manque pas d’idées.

Lia : Et la pétanque est indissociable du pastis ! C’est comme un rituel.

Charlie  : Complètement, oui ! C’est un moment qu’on partage.

Lia : Vous connaissez la marque de pastis Henri Bardouin ?

Charlie  : Ha oui ! C’est assez anisé…

Lia : Avec une touche de cardamome.

Charlie  : Alors il faudra qu’on fasse une dégustation aux beaux jours…

Lia : Avec plaisir.

Antoine : Chez Club Pétanque, on est plus Ricard que Pastis.

Lia : Avant, il y avait beaucoup de boîtes familiales, comme Obut, que vous citiez. Et depuis quelques années, j’ai l’impression qu’on assiste de plus en plus à une dynamique amicale dans la création d’entreprises. C’est presque fraternel Club Pétanque ?

Charlie  : Oui, c’est très important pour nous, vu qu’on se connaît depuis longtemps.

Lia : L’esprit d’équipe ! D’ailleurs, à côté de Club Pétanque, vous avez aussi une agence ?

Antoine : Oui, Monument. Une agence de conseils créative dédiée aux marques de mode.

Lia : Pourquoi ne pas l’avoir associée à Club Pétanque ?

Antoine : On ne voulait surtout pas. On aurait pu vite être cantonnés à être appelés pour faire des pubs pour Cochonou, alors qu’on veut faire de la mode (rires)

Charlie  : Oui, on voulait bien différencier les projets. Ce sont deux univers bien distincts, même si nous faisons de nombreux parallèles entre les deux activités.

Lia : « Monument » c’est solide comme nom d’agence.

Antoine : On adore l’architecture, les choses stables et fortes qui durent dans le temps. Il y a la fameuse phrase de Charlie « Des fondations ancrées dans le passé mais tournées vers le futur ».

Lia : Quelle citation ! C’est grandiose !

Charlie  : On voulait pouvoir créer quelque chose de pérenne et c’est ce qui se cache derrière le mot même de « Monument ».

Antoine : Contrairement aux monuments visités par les touristes et qui n’ont plus leur utilité d’origine, on a eu envie de créer un monument dans lequel les gens travaillent. Avec une pièce dédiée à la direction artistique, une pièce à la photographie, une pièce liée au développement produit.

Charlie  : L’idée de partager notre expérience et savoir-faire pour d’autres marques tombait sous le sens et on est surtout passionnés par ce que l’on fait.

Antoine : On a gardé cette envie de travailler dans la mode avec Charlie à côté de Club Pétanque. Avec l’agence, on a notamment travaillé pour Amazon Fashion, Club Cheval, CHMPGN, WAD, Faguo, Warner Music…

Charlie : Finalement, la mode est un milieu très vaste et segmenté. Il y a tellement de marchés différents. Et chaque marque a des problématiques différentes en fonction de son positionnement. Et en terme de réponses créatives, les boîtes de communication n’ont pas forcément l’expertise requise ou même la connaissance du marché pour conseiller ou créer des solutions adaptées.

Antoine : Il y a une vraie différence entre l’approche publicitaire qui sera plus tournée vers la blague, l’humour, tout en étant construite avec un début et une fin et l’approche mode qui sera plus tournée vers l’émotion et le style.  En chiffre, il y aurait 1 milliard de terriens qui travaillent dans le secteur de la mode : de la personne qui fait pousser le coton jusqu’à l’acheteur. Il y a beaucoup d’intervenants !

CLUB PÉTANQUE

Page Facebook

Page Instagram @clubpetanque

club pétanque / Lia Rochas-Pàris / Le café matinal

Swinging Londress
97 rue du Faubourg Saint-Denis Paris 10e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *