LE CAFÉ MATINAL AVEC ESTELLE YOMEDA AU MARCHÉ NOIR

Kente Project

Designer de chaussures, accessoires et graphiste, Estelle Yomeda s’est lancée dans une nouvelle aventure, celle de Kente Project ! Une initiative qui met en relief un artisanat précieux: le Kenté, tissages aux couleurs flamboyantes et au graphisme intemporel, dont l’origine remonte au 12eme siècle. À travers Kenté Project, Estelle crée un dialogue entre Lomé, Accra et Paris. Nous nous sommes retrouvées au Marché Noir, un lieu improbable en plein cœur de Paris, où nous avons été accueilli chaleureusement par Amah, lui même originaire de Lomé et passionné par le Kenté. Toute l’équipe du lieu nous rappelle que nous y sommes comme à la maison, un lieu où l’on peut boire un café (ou du thé), chiner des vêtements et même jouer à l’awelé. Nous avons discuté d’artisanat de l’Afrique de l’Ouest, du bienfait suscité par les couleurs, des liens entre plusieurs cultures et de symboliques… Rencontre haute en couleurs avec Estelle Yomeda, une femme portée par un projet généreux qui fait honneur à l’artisanat en offrant de nouvelles perspectives entre les cultures.

Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal
Estelle Yoméda & Lia Rochas-Pàris au Marché Noir / Photos de Shehan Hanwellage

Lia : Ça fait quelques années qu’on se connaît. À l’époque, tu avais ta ligne de chaussures et aujourd’hui, tu te lances dans un magnifique projet autour du Kente.

Estelle : Oui, ma marque de souliers est une belle histoire qui m’a animée pendant 11 ans. Avec Kente Project, c’est une nouvelle histoire qui commence. Lors de mon dernier voyage au Togo et au Ghana, j’ai découvert le Kente. J’ai tout de suite été fascinée par ce tissage d’exception. En Afrique de l’ouest, l’artisanat est encore très vivant. J’ai été frappée par la puissance de couleur du Kente et aussi par le rapport des Africains à la couleur… Comment ils les portent, comment ils les associent. Il y a des pays comme l’Inde où les couleurs semblent plus éblouissantes aussi. Sans doute une question de lumière. J’aimerais faire un tour du monde des couleurs !

Lia : On pourrait parler d’une sorte de révélation. Fais-moi voyager, parle-moi de Kente Project…

Estelle : Kente Project est né du désir de valoriser cet artisanat magnifique, méconnu en Occident, et de l’envie d’y poser mon regard de designer. C’est aussi une manière de projeter une image positive de l’Afrique via la culture, loin des clichés misérabilistes. Kente Project c’est également une conversation créative entre Paris, Lomé et Accra, et une rencontre entre artisans et designers. Il y a dans ce projet une forte idée de partage de savoir-faire et d’échange de pratiques. À l’origine réservé à la noblesse, le Kente, un tissage précieux de fils de soie et de coton datant du 12e siècle, s’est démocratisé et aujourd’hui, il est toujours très prisé dans toute l’Afrique de l’ouest où on le porte lors des cérémonies. C’est une parure d’apparat qui, pour moi, symbolise la beauté de l’artisanat de cette région. Au Ghana, c’est une véritable fierté nationale et il se porte lors des grands événements qui rythment la vie ghanéenne.

Lia : Il me semble qu’il existe une légende qui raconte le Kente ?

Estelle : Oui, elle est très belle… Lors d’une partie de chasse, deux adolescents furent fascinés par le travail d’Avancé, l’araignée géante, qui tissait sa toile. De retour au village, ils tissèrent à leur tour une étoffe de fibres végétales si belle que le roi les ennoblit.

Lia : Quel beau conte ! C’est vrai qu’une toile d’araignée est fascinante. La nature nous offre de biens jolis spectacles…

Estelle : Oui, quelle finesse ! Regarde, j’ai quelques bandes de Kente avec moi. C’est un tissage en bandes, destinées à être cousues les unes aux autres pour former de grands pagnes. Elles sont réalisées sur des métiers facilement démontables car, à l’origine,  les tisserands étaient nomades. C’est ultra graphique, et totalement intemporel. Je me rends compte en fait que le Kente catalyse toutes mes motivations en terme de création : mon amour de la couleur, le graphisme et ma passion pour les matières. Et en plus, il est porteur de sens car chacune des couleurs et des motifs qui le composent sont symboliques, et racontent une histoire. C’est comme un langage. J’aimerais l’apprendre. (songeuse)

Lia : Un peu comme des parchemins en fibre textile.

Estelle : Il y a de cela oui. (rires). C’est incroyable de penser que cet artisanat a traversé les siècles, alors qu’il paraît si contemporain ! C’est le mystère du Kente !

Lia : C’est d’une précision irréprochable. Dire que c’est fabriqué par des mains humaines…

Estelle : On croirait ce travail issu d’un coup de baguette magique !

Lia : Tu as toujours été tournée vers l’artisanat ? 

Estelle : L’artisanat a toujours tenu une place primordiale dans mon parcours. J’aime vraiment le travail de la main. J’ai même commencé à apprendre le métier de bottier avant de lancer ma marque de chaussures, avec des artisans extraordinaires dotés de fortes personnalités comme le maître bottier au pied bot de l’Opéra du Rhin à Strasbourg.

Lia : Un  maître bottier au pied bot, c’est étonnant ! 

Estelle : Oui, n’est-ce pas ? C’est dans ces ateliers que j’ai découvert, dans une atmosphère magique, différents corps de métiers : costumières, corsetières, perruquiers, selliers… Et il y avait aussi les archives au grenier avec des souliers de toutes les époques ! Un rêve !

Lia : Je connaissais le Wax, qui d’ailleurs est fabriqué en Hollande, mais je n’avais jamais entendu parler du Kente.

Estelle : Oui, même s’il y a quelques fabriques de Wax en Afrique, ce n’est pas un produit purement local comme le Kente. On peut s’interroger sur le fait qu’un tissu fabriqué localement soit moins diffusé et connu que le Wax paradoxalement fabriqué en Occident…

Lia : Tu vas partir combien de temps au Togo et au Ghana ?

Estelle : 6 semaines ! Le vrai voyage !

Lia : On peut le voir comme un voyage initiatique.

Estelle : Oui tu as raison… Il y a vraiment de cela dans ce voyage.

Kenté Project

Sur Facebook

Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir

Le Marché Noir

18, rue Perrée Paris 3eme

https://www.instagram.com/marchenoir_paris/

Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir Estelle Yomeda, Kente project, Lia Rochas-Paris, Le café matinal, Le marché noir

Merci Amah, Izé et à toute l’équipe pour l’accueil chaleureux !

Merci Pauline <3

6 thoughts on “ESTELLE YOMEDA
Marché Noir

  1. Je ne connaissais pas le Kenté non plus. Quelle merveille ! Merci Lia de nous éblouir de couleurs de bon matin ! Vos manteaux sont superbes et j’adore les photos de vous tous ! Bisous de Londres

  2. Je connais aussi Estelle depuis des années, je pense même que c’est la créatrice dont j’ai le plus de paires de souliers. Et je suis ravie de son nouveau projet, déjà j’ai découvert cette merveille qu’est le Kente et j’ai hâte de voir ce qui va se créer au cours de son voyage, de ses rencontres, dans ce partage entre artisans et designer de talent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *