LE CAFÉ MATINAL AVEC EVE ET YVON LAMBERT

Librairie Yvon Lambert

Ancien galeriste et marchand d’art reconverti en libraire et éditeur depuis les années 2000, Yvon Lambert est resté une figure incontournable du monde de l’art contemporain. Après la rue Vieille du temple, Yvon Lambert a ouvert une nouvelle librairie rue des filles du calvaires avec Eve, sa fille, à ses côtés. L’espace pensé par Dominique Perrault Architecte présente des rayons de livres d’art, de photographies, de poésies, des magazines et autres sélections minutieusement choisies ainsi qu’un espace pour des expositions ponctuelles. Comme c’était déjà le cas à l’adresse précédente, les évènements se succèdent au sein de la librairie avec cette volonté de soutenir les éditeurs contemporains, photographes et artistes. (J’y avais présenté mes premiers romans-photo, Vasistas, en 2011 !)
Aujourd’hui, nous nous sommes retrouvés à la librairie avec Yvon et Eve où nous avons discuté de leur passion commune pour les livres, des échanges épistolaires et plaisirs liés aux courriers ainsi que des projets en cours. Rencontre avec Yvon et Eve Lambert, un père et sa fille, des libraires hors paires.


Eve Lambert, Yvon Lambert & Lia Rochas-Pàris à la librairie Yvon Lambert / Photographies Shehan Hanwellage

 

Lia : Vous travaillez ensemble depuis l’ouverture de ce nouvel espace. Yvon, on ne vous présente plus. Ève, quel est votre parcours ?

Ève : J’ai un parcours dans la communication dans des domaines très variés. Jusque là, je n’avais jamais travaillé dans le milieu de l’art même si j’ai toujours baigné dedans grâce à Yvon et à ma mère qui avait aussi une galerie en Italie. J’ai sans doute dû apprendre à marcher dans un musée ! (rires). Avec Yvon, nous avons cette passion commune pour les livres. Et quand Yvon a voulu prendre un local plus grand, nous avons beaucoup échangé sur ce sujet.

Yvon : Enfant, Ève a rencontré beaucoup d’artistes.

Ève : Avec la galerie, les artistes étaient présents de façon totale. Il n’y avait pas de frontière entre la vie privée d’Yvon et sa passion. C’était forcément inscrit dans notre vie quotidienne.

Lia : Finalement, comme une grande famille ?

Ève : Tout à fait. Et c’est naturellement qu’Yvon m’a proposé de travailler avec lui lorsque l’idée du nouvel espace s’est concrétisée.

Lia : Une librairie avec un espace d’exposition.

Yvon : Nous présentons peu d’expositions. C’est avant tout une librairie. Je n’ai pas fermé la galerie pour en ouvrir une autre ! Les expositions ont un lien avec les livres.

Ève : Nous sommes avant tout libraires et éditeurs. Les expositions n’ont rien de figé, pas de programmation annuelle comme dans une galerie. Ce sont des rencontres, des coups de cœur.

Lia : C’est ce qui ressort de la librairie Yvon Lambert. Je parle de vous à la troisième personne pour souligner cette signature qui vous est propre. Même quand vous étiez rue Vieille du Temple, il y avait déjà cette dynamique autour des livres et des rencontres, marquée d’expositions ponctuelles. Vous allez continuer dans cette optique ?

Ève : Nous avons maintenant un rythme beaucoup plus soutenu. Nous avons envie de défendre des petits éditeurs, des photographes qui publient en leur nom personnel. On continue dans cette veine.

Yvon : On présente des choses qui nous intéressent même quand ce ne sont pas des best-sellers. On trouve de la poésie aussi.

Ève : Il y a toujours un lien avec l’art. Pour moi, libraire c’est un nouveau métier. J’apprends avec bonheur tous les jours.

Yvon : Et elle apprend vite !

Lia : Elle a de qui tenir ! Vous devez être très sollicité ?

Yvon : Je reçois des courriers, des œuvres d’artistes par la poste. Ce type d’attention fait ma journée.

Lia : C’est de plus en plus rare. On envoie de moins en moins de courrier papier et pourtant c’est un joli clin d’œil pour dire qu’on pense aux autres.

Ève : Les lettres postales ou cartes postales sont de plus en plus rares. Et pourtant c’est un réel plaisir de les recevoir, bien plus concret qu’un mail.

Lia : C’est évident, il y a une autre temporalité qu’un email ou un sms. On sait que l’autre personne a pris du temps pour dire qu’elle pense à nous et on garde cette trace palpable qu’offre le papier.

Yvon : Pour rebondir sur cette idée par exemple : depuis septembre dernier, nous faisons une édition avec David Horvitz. David nous envoie chaque jour une photo du ciel où il se trouve. Cette photo est imprimée à la librairie et vendue pour 1 €.

Ève : Oui, nous recevons par SMS le ciel du jour.  Avec le décalage horaire, on reçoit la photographie le lendemain. Il a nommé cette édition « Yesterday ». Le ciel est en vente un jour seulement. Le lendemain c’est un nouveau ciel qui sera proposé. Le projet devrait durer un an. On fera sans doute un coffret avec tous les ciels de l’année.

Lia : Ce projet questionne vraiment sur la temporalité, l’espace, l’éphémère. Je suis bluffée. C’est génial !

Yvon : Oui, et nous avons d’autres projets d’éditions en cours, de belles présentations d’ouvrages en perspective, en somme un beau programme pour l’avenir.

Bruno & Yvon Lambert

Librairie Yvon Lambert
14 Rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
Tel : +33 (0)1 42 71 89 05

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *