LE CAFÉ MATINAL AVEC MARINE NEUILLY CHEZ HOLIDAY CAFÉ

Musicienne @ Chérie Darling & fondatrice de La Chatte de Françoise

Marine Neuilly est une artiste musicale et visuelle qui n’hésite pas à multiplier les projets qui lui tiennent à cœur. En 2015, Marine créé La Chatte de Françoise et produit le fanzine Girl Crush, une publication axée sur l’intimité des femmes au quotidien sans filtre. Elle n’hésite pas à travailler sur des supports variés comme des préservatifs, des t-shirts et des culottes en collaboration avec des marques ou artistes qui l’inspirent. Après quelques années d’abstinence, elle nous présente son nouveau projet musical, Chérie Darling. Un mélange de pop culture sur des accords punk. Son dernier morceau en date, Candy est le tube de l’été ! Nous nous sommes retrouvées chez Holiday café pour un avant goût de vacances. Nous avons parlé du processus créatif, d’introspection et du narcissisme sur les réseaux sociaux. Rencontre avec Marine Neuilly, une fille pleine de ressources qui nous offre une vision de la femme sans stéréotypes.

cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal cherie darling, Lia Rochas, Le Café Matinal

Marine Neuilly & Lia Rochas-Pàris chez Holiday café / Photos de Shehan Hanwellage

Lia : Tu gères simultanément plusieurs projets entre La Chatte de Françoise et Chérie Darling. Où trouves-tu toute cette énergie ?

Marine : Les deux sont complémentaires, LCDF me permet de produire du contenu visuel, des objets ou bien de faire des collaborations avec des personnes qui m’inspirent. Alors qu’avec Chérie Darling, je suis dans un processus de pure création. J’ai un rapport très instinctif avec les deux, une fois chaque projet terminé je me dis qu’il n’y en aura plus d’autres… Et finalement, quand je ne m’y attends pas, une autre idée arrive !

Lia : C’est souvent quand on ne s’y attend pas. La création pure n’est jamais préméditée. D’ailleurs, tu fonctionnes par coup de cœur ? Ton projet Girl Crush c’est un peu ça ! On pourrait dire que tes projets sont fédérateurs et féministes ?

Marine : 100% coup de cœur ! Il n’y a en effet aucune approche commerciale dans mes projets. Ils illustrent une idée que j’ai de la femme, ouverte et subversive, ou les critères de beauté ne sont pas stigmatisés. À chaque fois ces thèmes prennent des formes différentes, comme une culotte ou un t-shirt et parfois même un préservatif. Je ne sais pas si ils sont fédérateurs mais j’espère pouvoir avoir le même effet que les femmes que j’admire ont eu sur moi.

Lia : De manière générale, j’ai l’impression que la plupart des créatifs ont une prise de conscience face à l’hyper démonstration 2.0.

Marine : Oui. Mais c’était évident, le problème avec des applications géniales comme l’ont été MySpace et maintenant Instagram, c’est qu’elles ont été prises d’assaut par les marques, les sponsors etc. En même pas un an Instagram est devenu une page de publicité et un cv, la plupart des personnes suivies sont devenues des vitrines, celles pas assez suivies ont commencé à acheter des followers.

Lia : C’est du délire.

Marine : Aujourd’hui, il n’y a plus aucun discernement entre la réalité et leurs profils.

Lia : Triste constat. On a besoin de ralentir à tous les niveaux, de se recentrer. C’est vital.

Marine : Le travail d’un créatif prend du temps, c’est pour cette raison qu’il y a un besoin de se recentrer sur des choses concrètes et réelles.

Lia : Le tout c’est de trouver le juste équilibre et garder un certain discernement face à cette sur-exposition.

Marine : Comme je disais, Instagram c’est à la fois l’outil le plus inspirant et le plus démotivant. J’essaye de m’en servir comme tout le monde, mais je distingue ma vie privée de ma vie «créative».
On peut vite tomber dans une forme de narcissisme à force de promouvoir son travail. Je pense qu’il faut faire attention à ne pas devenir une caricature de soi-même. J’aime prendre du temps pour réfléchir et réaliser chaque projet.

Lia : C’est vrai, on devient victime d’un narcissisme stérile tributaire de «like». L’illusion de ne vivre qu’à travers le regard des autres… Il y a ce livre sur le narcissisme de vie et le narcissisme de mort d’André Green. Aujourd’hui, on est plus du côté morbide.

Marine : Oui, je pense que pas mal de personnes tombent malheureusement dans l’excès et deviennent une attraction pour les autres, il y a des codes à respecter pour satisfaire ses Followers: Il faut partir en vacances au soleil dans un hôtel de luxe, être toujours heureux et bien dans sa peau, habillé par des créateurs, avoir beaucoup d’amis et être invité partout.

Lia : Tout le paradoxe de cette frénésie 2.0, on tire des conclusions de ce que l’on voit en surface tout en ayant conscience de la superficialité des images. On se voile la face pour échapper à notre introspection.

Marine : Personnellement, les moments de doute, de remise en question, de difficulté et parfois de solitude sont très importants et stimulants pour créer.

Lia : Ton dernier morceau «Candy» est le tube de l’été ! Je l’écoute en boucle.

Marine : Je suis ravie qu’il te plaise !

Lia : D’ailleurs, tu fais allusion à Andy Warhol. «15 minutes super star». Warhol était un visionnaire.

Marine : Pour ce premier clip, réalisé par Matteo Verzini, Alexandra interprète la superstar d’Andy Warhol. « In the future, everyone will be world famous for 15 minutes. »

Lia : Pour ce projet, tu es en solo ? Tu avais déjà été dans un groupe ?

Marine : Je fais de la musique depuis plus de 10 ans, j’ai eu la chance de pouvoir vivre de ma passion très jeune avec mon premier groupe. Chérie Darling c’est mon premier projet en solo.

Lia : La dynamique d’un groupe ne te manque pas ? Qu’est ce qui t’a décidé à te lancer en solo ?

Marine : Être en groupe c’est quelque chose de génial, surtout quand on est jeunes, c’est comme une famille, tu vis énormément de choses et tu es très soudé.
Quand tu commences à murir et que la musique devient un vrai travail, il y a d’autres enjeux à prendre en compte et c’est souvent à ce moment là qu’il est plus difficile de s’entendre.
J’ai eu besoin de faire un break pendant quelques années et j’y suis revenue naturellement.

Lia : Quelles sont tes sources d’inspirations ?

Marine : C’est un mélange d’influences du New York des années 70 avec le Velvet Underground et la Factory, les drag queens, Blondie et Le Studio 54.

Marine Neuilly, Lia Rochas Marine Neuilly, Lia Rochas Marine Neuilly, Lia Rochas Shehan Hanwellage Marine Neuilly, Lia Rochas

www.lachattedefrancoise.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *