LE CAFÉ MATINAL AVEC PAULINE VINCENT

directrice & curatrice d’À Rebours 

Inspiré par le roman de Huysmans au titre éponyme, À Rebours se présente comme un lieu d’exploration, un laboratoire de la création contemporaine. La sélection pointue de Pauline Vincent, directrice et curatrice du lieu, fait écho à la production de la fondation Lafayette Anticipations dirigé par Guillaume Houzé. À Rebours reflète la volonté de renouer avec les origines du groupe Galerie Lafayette : un écrin pour la création émergente dont chaque objet peut être source d’inspiration. Située au 46, rue Sainte Croix de la Bretonnerie, À Rebours est également un lieu de passage, une introduction aux activités de production à la fondation dont l’entrée est rue du Plâtre.
Pauline Vincent déniche des éditions d’artistes, des objets de design pointus, des pièces de créateurs en petites séries qui s’inscrivent dans une démarche commerciale responsable. Chez À Rebours , on peut trouver des stylos bics de Saâdane Afif, des vases de Mata Galan, des bougies en forme de glaciers par le designer Brynjar Sigurdarson, des briquets de Peter Saville, une sélection de livres par Yvon Lambert, des boucles d’oreilles végétales de Keef Palas, des peluches de Big Stuffed… Avec Pauline nous nous sommes retrouvées au sein même de la boutique À Rebours où nous avons discuté de sa passion pour les objets rares, de sa volonté à rendre ce lieu de passage comme un hommage à la production artistique contemporaine fidèle aux valeurs de la fondation Lafayette Anticipations. Rencontre avec Pauline Vincent, une femme passionnée qui incarne parfaitement « À rebours », l’officine de la fondation Lafayette Anticipations où l’on peut trouver des merveilles à offrir ou s’offrir.

À Rebours, Le Café MAtinal
À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo  À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo À Rebours, Le Café Matinal, roman-photo
Pauline Vincent & Lia Rochas-Pàris dans la boutique À Rebours / Photogrpahies de Shehan Hanwellage

Lia : Comment es-tu passée d’acheteuse pour les Galeries Lafayette à curatrice pour À Rebours, la boutique de la fondation Lafayette Anticipations ?

Pauline : J’étais acheteuse à la mode femme aux Galeries Lafayette et dès que j’ai entendu parler du projet de la fondation, le projet m’a passionné. J’ai eu la chance de rencontrer les équipes et le directeur de la fondation. On a réfléchi, fantasmé ensemble à une boutique qui soit un trait d’union entre la fondation et les Galeries Lafayette. Le projet a mis du temps à se mettre en place et aujourd’hui on y est ! Et c’est fidèle à ce que l’on a pu imaginer. « À Rebours » permet de prolonger la visite de la fondation et de comprendre quel est son ADN version marchande.

Lia : C’est une superbe introduction à la fondation ! Le fait que les deux lieux communiquent ensemble et soient chacun indépendant, c’est très intéressant. Le choix du nom « À Rebours » est en référence au fameux livre de Huysmans ?

Pauline : Oui, le livre de Huysmans a été écrit 10 ans avant la création des Galeries Lafayette. Et « À Rebours » se veut un petit magasin de nouveautés qui renoue avec l’origine des Galeries Lafayette qui étaient une boutique de 70 m2 située au 1, rue Lafayette. Le magasin de nouveautés des Galeries Lafayette était un lieu où les élégantes allaient trouver des patrons, des rubans, de la mercerie… C’est aujourd’hui presque un défi de montrer que nous sommes capables d’investir un petit espace comme à l’origine.

Lia : Les mots « À Rebours » et « Anticipations » évoquent deux temporalités, sans doute un parti pris ?

Pauline : On voulait que la boutique se situe dans un bâtiment à part, afin que À Rebours puisse avoir sa propre autonomie tout en créant un lien avec Lafayette Anticipations.

Lia : C’est très cohérent. On perçoit « À Rebours » comme un foyer, un lieu de vie et de passage au sein de la fondation où l’on peut acheter des objets d’inspirations, des éditions d’artistes…

Pauline : On a beaucoup réfléchi à la manière dont on pouvait traduire de façon marchande le travail de la fondation. Chaque objet présenté dans le magasin est l’objet d’une réflexion. Avec Dirk Meylaerts, le directeur de la fabrication de la fondation, on a rencontré des artistes en leur proposant de faire des éditions que la boutique produirait avec l’aide la production de la fondation. On est allé voir Jean-Luc Moulène, Saâdane Afif, Camille Henrot, Yngve Holen, Camille Blatrix, Raphael Hefti…

Lia : Une réelle approche curatoriale. On a envie de tout acheter !

Pauline : Oui, l’intention première de la boutique, c’est de faire des éditions avec des artistes de la fondation tout en ayant beaucoup de liberté par rapport à la programmation de la fondation. On veut que la boutique devienne un lieu de destination à part entière.

Lia :  Deux temporalités se côtoient de chaque côté de la cour. Que l’on rentre par À Rebours ou que l’on en sorte, il y a une transition intéressante avec la Fondation Anticipations.

Pauline : Complètement, la boutique et la fondation sont des lieux de passage. La boutique fait 33 mètres de long. Ça me fait penser aux passages que l’on trouve dans le 9ème arrondissement. L’espace en longueur invite à aller au bout, à découvrir le fond. Et le RDC de la fondation est libre d’accès, on traverse la cour et nous sommes dans la boutique.

Lia : Des espaces où les énergies circulent !

Pauline : J’ai voyagé en Europe pour découvrir d’autres lieux du même esprit ; je suis allée à Londres chez House of Voltaire, la boutique de Studio Voltaire. Ils font des éditions extraordinaires. Puis, je suis allée à Berlin dans l’atelier de Brynjar Sigurdarson. Il a conçu les bougies glaciers qui questionnent au sujet du réchauffement climatique. Et la rencontre avec les filles de We Do Not Work Alone, éditrices d’objets d’artistes. L’idée d’accessibilité à la création contemporaine est très importante pour nous, les Galeries Lafayette.

Lia : On peut plus facilement se procurer des éditions d’artistes. Une nouvelle manière de collectionner… Ici, c’est le paradis !

Pauline : Oui et afin de compléter l’univers, on a fait une sélection d’objets de design / lifestyle, comme les vases de Mata Galan Plantae qui a également conçu des installations florales pour la boutique. Des pièces de créateurs comme la marque Exckhauss Latta ou Ottolinger, tous deux sélectionnés au LVMH Prize cette année… Un temple pour la création !

Lia : Chaque élément résulte de choix précis. D’ailleurs, toute l’architecture du lieu a été pensée par Cigüe ?

Pauline : Oui ! Nous avons eu la chance de travailler avec l’équipe de Cigüe qui a parfaitement compris la contrainte de l’espace tout en longueur et qui a su apporter, en réponse à la modularité aux planchers mobiles de la fondation, un mobilier complément flexible. Les cubes cinq faces, réalisés à partir de ouate de cellulose et de documents recyclés provenant de l’agence d’architecture, permettent différentes configurations spatiales et une adaptabilité de l’espace dans le temps.

À REBOURS
46, rue Sainte Croix de la Bretonnerie
Paris 4e

 

 

One thought on “Pauline Vincent
À Rebours

  1. oups !
    pardon je ne pensais pas que mon message précédent eut pu être publique, je la voulais pudique : mmmmm si cette correspondance peut rester entre nous, mmmm j’aime autant …. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *