LE CAFÉ MATINAL AVEC PIERRE-ANTOINE COMBARD À LA JARRY

Chanteur & compositeur > Arcan

Pierre-Antoine Combard, dit Peter Combard, est à l’initiative d’Arcan, projet musical mené comme un laboratoire d’expérimentations sonores depuis une dizaine d’années. Arcan, composé de Peter Combard en collaboration avec Joel White et Thibaut Brandalise,  a sorti son premier album «Unfisnished songs like our story» aux sonorités brutes et mélancoliques  en octobre dernier. Le morceau « Lost » avait déjà pu être entendu dans la bande originale du film « Une histoire américaine » d’Armel Hostiou en février dernier. La pochette de l’album, illustrée par Elsa Caux, dévoile un monde onirique dont les perspectives sont ouvertes à la rêverie.

En cette fin d’année particulière, Peter m’a conviée à prendre le café à la Jarry où il vit depuis deux ans. Un lieu foisonnant de créativités transversales, un lieu voué à disparaître, un lieu dépaysant qui pourrait se trouver autant à Berlin qu’à Belgrade… Rencontre hors du temps, en noir & blanc, avec un homme libre pour qui la musique est salvatrice.

Lia Rochas-Pàris Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Pierre-Antoine combard, Lia Rochas-Pàris, Le café matinal Lia Rochas-Pàris
Pierre-Antoine Combard & Lia Rochas-Pàris à la Jarry / Photographies de Clémentine Jacquet

Lia : La Jarry est un lieu est étonnant, comme s’il ne se trouvait sur aucune carte…

Peter : J’aime ce lieu qui risque de disparaitre, c’est pour ça que j’invite les gens à le découvrir, à se rendre compte de cet espace unique… Le mot « squat » est péjoratif en France, alors que dans le fond, c’est presque le futur ici. Un mode de vie avec lequel on pourrait échapper à surconsommation, au consumérisme, un lieu qui offre une alternative à la situation actuelle.

Lia : L’espace dans lequel tu vis à la Jarry s’appelle « la Pépinière », c’est un nom propice pour se développer, s’épanouir. Quelque part, c’est un peu comme un microcosme ?

Peter : Complètement, c’est un lieu qui regroupe des gens différents. J’y vis depuis deux années, et tout ce que j’y vis est une expérience positive, j’ai pu aussi voir qu’il est possible de « faire » différemment.

Lia : Arcan était en gestation depuis une dizaine d’années… L’album « Unfinished songs like our story » est sorti en octobre dernier. Comment as-tu senti que c’était le moment pour sortir le projet ?

Peter : C’était le bon moment, il a mûrit jusqu’à son éclosion. Je considère Arcan comme un laboratoire d’expérimentations sonores qui va bien au delà de mes autres projets. Arcan est un projet libre…

Lia : Les morceaux semblent faire écho à une histoire d’amour, c’est le cas ?

Peter : Oui, le titre même de l’album résume bien son contenu. Le processus de création a été une thérapie pour moi. C’était nécessaire, il fallait que ça sorte.

Lia : À l’écoute, il y a une atmosphère vraiment particulière qui se dégage…

Peter : Ce sont des morceaux intacts, j’ai voulu préserver les énergies brutes afin de ne rien perdre au niveau émotionnel. L’idée n’était pas de séduire, ça m’a demandé un certain courage pour sortir l’album sans retouche.

Lia : Même si c’est la consécration d’une histoire personnelle, en écoutant l’album, j’ai eu l’impression de me remémorer des périodes de ma vie. Alors, que je n’avais aucun souvenir lié à ta musique. C’est une impression étrange.

Peter : Ça me touche. La musique détient un côté égocentrique quand on la compose, on est seul avec son vécu, ses expériences. Mon luxe est de pouvoir me perdre la nuit à composer des musiques sans que personne n’attend quelque chose de moi. Forcément, ma création est en lien avec la chronologie de ma vie. Tout à une incidence et heureusement, sinon on serait tous des robots. Mon but ultime est de partager ce que j’ai créé et si ça fait quelque chose aux gens, si ça ne laisse pas insensible, alors c’est une grande satisfaction.

Lia : « Lost » fait partie de la bande original du film « Une histoire américaine ». Le morceau avait-t-il été composé spécialement pour le film ?

Peter : Initialement, on devait composer un morceau pour le film, je me suis immergé pendant une semaine non-stop dans l’imagerie du film. Et le morceau « Lost » collait finalement avec l’atmosphère du film, nous avons alors choisit ce morceau préexistant.

Lia : Le clip de « Lost » est un passage du film, comme un écho entre la fiction de l’histoire et les paroles du morceau ?

Peter : Au bout du compte, j’étais tellement imprégné par le personnage que mes propres sentiments s’y sont mêlés. L’imagerie correspondait au morceau.

Lia : Quel sera l’avenir d’Arcan ?

Peter : Même si j’y pense beaucoup, je n’en ai aucune idée, il y a plein de morceaux à venir… Je veux rester libre jusqu’au dernier moment. Arcan est hors circuit, quand je joue ces morceaux sur scène, ça me met dans un état second, j’ai quelque chose d’intime à donner de ma personne.

ARCAN

19 janvier à l’OPA
1er février aux Trois Baudets

sur FB

La Jarry
106, rue de la Jarry
Vincennes

4 thoughts on “PIERRE-ANTOINE COMBARD
La Jarry

  1. Ce lieu est incroyable ! Ma seule référence dans ce genre de vie est Le Frigo (derrière Austerlitz, je ne sais pas si cette communauté d’artistes existe encore ?). Grâce à ton texte, je vais aller écouter ce beau gosse que je ne connais pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *